Intervention d’Hubert Artus

 

1) Histoire du genre littéraire « polar »

Années 1920 = le récit policier d’énigmes inventé par Allan Poe commence à dater (naissance du cinéma).

Le roman noir et le roman policier contemporain naissent aux USA au moment de la crise économique, avec les Pulps (même phénomène en France en 1968)

Ex = Black Mask de Hammett et Chandler

Ce genre naissant place la situation de crimes non plus dans les mains de l’enquêteur mais dans celui du criminel. De plus, le décor est support à la critique sociale (origines=Steinbeck, Hemingway).

Les auteurs sont d’anciens journalistes ou détectives : il y a donc une forte imprégnation de la réalité.

Hammett = travaillait pour une agence de détectives, a infiltré des mouvements de grève pour les casser. Chez lui, le personnage n’est plus mis en scène dans ses réflexions mais dans ses actions (combats violents, corruption). La psychanalyse est introduite dans les personnages.

Chandler = plus descriptif, commence à écrire à 45 ans. Son 1er roman est « Le grand sommeil » en 1939. Ses romans sont plus violents, il y a plus de morts mais aussi plus d’humour…. Son personnage principal est le détective Philippe Marlow.

 

2) Les auteurs influencés par ces deux précurseurs

*William Burnett = possède un côté assez drôle. « Le petit César » lui a été inspiré par Al Capone. « Quand la ville dort » a été adapté au cinéma.

*James Cain = plus fataliste. « Le facteur sonne toujours deux fois »

*Peter Cheyney = anglais, officier de l’armée qu’il quitte en 1919. Il écrit le premier livre de la Série Noire.

*Horace Mac Coy = journaliste en 1929. Il dénonce la corruption et le racisme. « On achève bien les chevaux », « Un linceul n’a pas de poches » (dénonciation du racisme)

*James Hardley Chase = thèmes favoris :la prostitution et l’immigration clandestine

*J.Thomson = français reconnu plus tard aux USA. Utilise l’argot, met en scène de petites gens et des personnages de la campagne, déglingués. « Des cliques et des cloaques », « 1275 âmes » devenu au cinéma « Coup de torchon »

*David Goodies = reporter, il décrit souvent des endroits paumés. On peut qualifier ses romans de « dépressifs ».

« Rues barbares » a été adapté au cinéma.

*Cheaster Himes = le cadre de ses romans se situe dans Harlem et les ghettos noirs en général. Il montre la violence dans les communautés et met aussi en scène l’intégrisme musulman. Son personnage principal porte le nom de Ed Cercueil.  « Qu’on lui jette la première pierre » est le 1er livre publié en France aux édtions Rivages.

 

3) Romans policiers français

-La collection « Le Masque » naît en 1927 et présente de la littérature « cluedo » ou « who do it » à la Agatha Christie ou comme Exbrayat.

-Les Presses de la cité éditent Simenon.

-1945 = arrivée d’agents et de producteurs américains. Marcel Duhamel veut créer une collection pour accueillir des auteurs américains, c’est la naissance de la collection « Série Noire »

Au début, peu de titres sortent. Il s’agit surtout d’œuvres de Cheyney et de J.H.Chase. Les 1ères traductions sont faites par Boris Vian. Puis arrivent les titres de Chandler, Burnett et Hammett.

Les premiers romanciers français sont publiés en 1948. Jusque là on disait que le policier américain était meilleur. Serge Harcoët, un breton, se fait publier en se faisant passer pour un Américain. Il prétend n’être que le traducteur !

Duhamel publie encore beaucoup d’Américains pour rattraper le retard sur les Etats-Unis. Pour amortir les coûts, il va même jusqu’à traduire lui-même les romans mais il n’hésite à supprimer des pages et des personnages !

Albert Simonin = romans de gangsters, parler de la rue,  il est repris par Audiart au cinéma

André Hélène = questions politiques sur la France de la Collaboration

Jean Meckert

Léo Mallet = père de « Nestor Burma », publie sous le nom de Franck Harding

Frédéric Dard = « San Antonio »

G.J.Arnaud = dont on peut dire qu’il est “multiprises” puisqu’il écrit aussi bien du policier que de la SF ou de la fantasy. « Le salaire de la peur »

Le Fleuve Noir naît en 1955. Il s’agit véritablement de littérature populaire (livres de poche, personnages récurrents).

*José Giovanni = son frère a livré des juifs à la gestapo, il est le premier à se poser des questions sur la peine de mort.

La Guerre d’Algérie fait surgir une nouvelle militance à gauche, une politisation qui se retrouvera dans les polars.

1968 voit arriver de nouveaux auteurs, plus dénonciateurs et plus engagés.

A gauche :

*Vautrin

*Basti

*Manchette, féru de Balzac et de Flaubert, a lu les auteurs américains et est imprégné du cinéma des USA. « Nada » néopolar adapté par Chabrol dans les années 1970, « Laissez bronzer les cadavres », « Le petit bleu de la côte ouest »

A droite :

A.D.G. = colonialiste « Je suis un roman noir »

 

4) Auteurs contemporains 

France = Marc Vilar / Didier Daeninckx / JB. Pouy / Thierry Jonquet Tony Benaquista / G. Delteil

Dominique Manotti = ancienne syndicaliste des années Mitterrand.

Met en scène des immégrés turcs ou chinois dans le Sentier

MG. Dantec = influencé par la science-fiction, met en évidence l’influence de la machine sur l’humain

J.Leroy =éditions du Rocher, prof de Français à Roubaix

 

USA, les héritiers = Connely / Elbroy / Bunker / Hillerman

 

GB = R.Cook / D.Peace

 

5) Dans le reste du monde…

Les romans noirs s’occupent de thèmes sociaux, mettent en scène une idéologie (auteurs au cœur du problème = journalistes, syndicalistes)

Ils ont été interdits en Italie sous Mussolini et en Espagne par Franco.

Allemagne = peu de romans traduits en France. Thème abordé = le Mur de Berlin

Chine = révolution culturelle Xiu Xia Long