Itinéraire de découverte 4e

Séance n°1

Les origines du livre (Proche Orient , Mésopotamie, Egypte)

 

Objectif =

 

 

 

Déroulement =

Questionnaire distribué

Les élèves se mettent par deux et doivent répondre le plus  précisément possible à un maximum de questions.

Les feuilles réponses sont ramassées à la fin de l’heure et notées.

Critères d’évaluation = comportement durant la séance, esprit de curiosité (recherches actives), clarté des réponses (vocabulaire courant, reformulation….)

Une feuille avec la correction est distribuée à la séance suivante ; cela permet de se remettre les éléments en mémoire avant d’entamer la suite.

 

1)      Cherche dans un dictionnaire l’étymologie et la définition du mot « livre »

Le mot « livre » vient du latin liber (pellicule entre le bois et l’écorce sur laquelle on écrivait).Il s’agit d’un assemblage broché ou relié d’un nombre assez grand de pages, à l’exclusion des périodiques.

Broché = relié sommairement en cousant et en coulant

Relier = attacher ensemble des feuillets, former un livre en couvrant avec une matière rigide

 

2)    Pourquoi les hommes ont-ils ressenti le besoin de créer des livres ?

Ils voulaient communiquer à d’autres hommes à travers l’espace et le temps des témoignages, des connaissances, des pensées, des sentiments

 

3)    A quoi ressemblaient les premiers livres au Proche-Orient ?

Ce sont des tab lettes d’argile sur lesquelles les hommes gravaient des caractères à l’aide d’un stylet.

 

4)    Quelles informations y trouvait-on ?

On parlait de livres quand les tablettes contenaient des œuvres poétiques, des récits (histoire du roi Gilgamesh) des témoignages…

 

5)    Pourquoi les Egyptiens n’ont-ils pas utilisé le même support que les Sumériens ?

Les Egyptiens écrivaient sur du papyrus, une sorte de roseau qui pousse en abondance dans les marais du delta du Nil.

L’ Egypte a peu d’argile donc pas de tablettes.

 

6)    Explique comment on fabriquait un « livre égyptien » ?

Les tiges du papyrus sont fendues et ouvertes. Ces minces rubans sont collés les uns aux autres en deux couches superposées et en les croisant.

Après le séchage, on obtient des bandes de 20 à 30 centimètres de hauteur et 10 à 20 mètres de longueur.

Le livre de papyrus se présente sous la forme d’un rouleau : volumen

 

7)    Où a-t-on retrouvé le plus de papyrus ? De quoi s’agissait-il ?

On en a retrouvés beaucoup dans les pyramides, ce sont les Livres des Morts.

Il s’agit de textes dont le but est d’aider l’âme du défunt dans son long voyage après la mort. Ils doivent permettre au défunt de se justifier auprès du tribunal des Dieux. Ils sont plus ou moins illustrés selon la richesse du défunt.

 

8)    Qu’est-ce que la pierre de Rosette ? Qu’a-t-elle permis de découvrir ?

Rosette, pierre de : c’est un bloc de basalte noir (114 cm de hauteur, 72 de large, 28 d'épaisseur pour un poids de 762 kg) portant une inscription qui permit de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens.

Elle a été découverte par les troupes françaises en 1799 près de la ville de Rosette (Rachid) en Basse - Égypte. Elle se trouve aujourd'hui au British Museum à Londres.

Elle porte un décret de 196 av. J.-C. du pharaon Ptolémée V .

Le texte est rédigé en deux langues et trois écritures (hiéroglyphes, démotique et grec). Cela paraissait facile à déchiffrer en comparant entre elles les différentes versions. Mais il faudra 23 ans de recherches pour finalement y arriver grâce au physicien Thomas Young et à l’égyptologue Jean François Champollion.

 

9)    Pourquoi le scribe occupait-il une place si importante dans la société égyptienne ?

Il est le seul à savoir lire et écrire les hiéroglyphes. Il exerce un métier princier qui lui apporte privilèges et richesses. L’apprentissage du métier est long et difficile.

10) Quel rôle a eu Assurbanipal dans l’histoire du livre ?

Ce souverain de Mésopotamie fait amasser dans sa capitale 25 000 tablettes constituant une fantastique bibliothèque.